Voir la lettre de mai 2012

Voeu de Bernard LUCAS : Pour un "Chèque Energie" afin de lutter contre la précarité énergétique !
Article du 30/3/2012

 

Notre département n'est malheureusement pas épargné par la montée de la précarité énergétique qui touche principalement les salariés à faible revenu, les familles monoparentales, les retraités aux pensions modestes, les allocataires des minima sociaux et les ménages surendettés. L'actualité récente, dont la presse locale s'est fait l'écho, relate la multiplication des coupures et restrictions d'électricité qui frappent nos concitoyens les plus fragiles. Aujourd'hui, ce sont des agents d'ERDF qui, faute de politiques publiques adaptées, refusent à titre individuel de précariser encore davantage les usagers en s'opposant aux injonctions de leur hiérarchie.

Or la participation financière du département au Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) de 6.6 millions d'euros n'a pas augmenté depuis deux ans et est même moins importante qu'en 2009 (6.9 millions d'euros) alors que les demandes sont, elles, en hausse. D'après les rapports d'activité des services du département, ce sont 16 376 demandes d'aide en 2009 et 16 711 en 2010. Et combien en 2011 ?

En outre, les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité, même s'ils seront dorénavant attribués de façon automatique sur la base des fichiers des organismes sociaux et devraient concernés un million de personnes supplémentaires, ne bénéficient pas, nous le savons, à tous les usagers en situation de précarité énergétique. Les plafonds de ressources étant très bas, le dispositif actuel s'avère inadapté car trop restrictif.

Afin de réduire les inégalités face à la ressource en énergie et de limiter les coupures pour impayés, le Conseil général des Hauts-de-Seine décide d'attribuer un « chèque énergie » distribué par les Caisses d'allocations familiales, dont le montant maximum de 270 euros par an, serait variable en fonction des revenus et de la composition des ménages.