Voir la lettre de novembre 2012

Vote de la Décision Modificative n° 1 : Luc BÉRARD de MALAVAS dénonce des propositions strictement identiques aux orientations votées par la majorité départementale en mars dernier !
Article du 19/10/2012

Globalement, il est proposé « un très faible ajustement » à hauteur de - 6.43 M€ des dépenses de fonctionnement alors même que des dépenses de solidarité ne sont pas financées, que vous diminuez, supprimez et refusez des subventions aux associations d'action sociale (comme le Mouvement Français pour le Planning Familial 92). Ainsi, les crédits de la prévention spécialisée sont eux aussi gelés et baissent donc au regard de l'inflation alors mêm les besoins augmentent  fortement.
Par ailleurs, depuis plusieurs années, on note une diminution de la part des dépenses de personnel dans le budget de fonctionnement - 54.9 % en 2007 à 48.9 % en 2012 - au moment où de nombreux postes ne sont pas pourvus, où des agents du Pôle Solidarités, des CVS en particulier, sont en grève depuis plusieurs jours pour protester contre des conditions de travail dégradées et les difficultés qu'ils ont à remplir leurs missions de service public en direction des populations les plus fragiles de notre département. Ils ont tout notre soutien et nous espérons que vous les écouterez enfin.
Ainsi, sur l'ensemble des postes budgétés, plus de 500 postes sont vacants, soit 7.8 % (Etats annexes du BP 2012) ! A noter que la filière médico-sociale est particulièrement impactée avec un taux de postes budgétés non pourvus supérieur à 12%. A la CVS d'Asnières, ce sont ainsi 7 postes qui manquent cruellement. Les difficultés de recrutement que vous évoquiez ce matin ne sauraient à elles seules expliquer ces chiffres. Votre choix de maitriser les dépenses de fonctionnement se fait de manière sélective au détriment des conditions de travail des agents et des missions rendues à la population.

L'autofinancement du Conseil général augmente de 23,95M€ et atteint 106,67M€, mettant en évidence une compression des dépenses... alors même que nous ne remplissons pas nos obligations légales, en particulier en matière sociale. Ce n'est pas acceptable !

In fine, comme l'indique le rapport lui-même, « la décision modificative n°1 n'apporte que des ajustements limités aux inscriptions budgétaires votées (...). »
Les propositions complémentaires inscrites dans cette décision modificative sont strictement identiques aux orientations et priorités votées par la majorité départementale lors du budget primitif 2012 que nous dénonçons. C'est la raison pour laquelle nous voterons contre ce rapport.

Notre amendement consiste à annuler la baisse que vous proposez de 2M€ visant le chapitre famille/jeunesse, de manière à soutenir davantage la prévention spécialisée avec les clubs de prévention. Nous proposons de réaliser cette économie de 2M€ plutôt sur les dépenses « publicité, publications, relations publiques ».
En effet, la priorité doit selon nous être donnée à la jeunesse et à la prévention, et absolument pas aux dépenses communication !

[A noter que l'ensemble des élus de droite UMP-NC-DVD a in fine rejeté cet amendement, préférant maintenir des dépenses de communication et baisser les dépenses en faveur de la jeunesse...]