Voir la lettre de Janvier 2013

Luc Bérard de Malavas exige plus de justice et de solidarité !
Article du 25/1/2013

Les jeunes et le sport pour tous sacrifiés par le Conseil général :
« Je tiens à regretter la nouvelle baisse de subvention qui touche de nombreuses associations de jeunesse. Ainsi, l'association IJ 92, Information Jeunesse 92, qui coordonne tous les points et bureaux d'information jeunesse du département, voit sa subvention encore réduite, ce qui va avoir pour conséquence de supprimer des actions en direction des jeunes.
De même, la suppression par la majorité UMP/NC des aides aux centres de loisirs municipaux est scandaleuse. Il s'agit de 225 000 € retirés aux activités pour les enfants !
Par ailleurs, le Conseil général continue à verser plus de 1,2M€ par an aux sportifs professionnels du Racing Métro 92, alors qu'il baisse ses aides aux petits clubs qui fonctionnent avec des bénévoles aux services des Alto-séquanais... Par exemple, la droite départementale décide de diminuer de 22% les subventions aux associations handisports
. »

Quand le Conseil général néglige le développement durable :
«Je tiens tout d'abord à souligner que le développement durable constitue un triptyque environnement/économie/social et que les aspects de solidarité sont largement ignorés par la majorité du Conseil général (comme je l'ai longuement développé lors de mon intervention en séance en décembre dernier).
S'agissant spécifiquement de l'environnement, je regrette les éléments suivants :
- Insuffisance des modes doux de développement : réseau de pistes cyclables trop limité
- Refus du Conseil général de participer à la résorption des points noirs du bruit ferroviaire dans les villes du département, comme par exemple à Asnières (absence de co-financement pour les murs anti-bruit le long des voies ferrées, alors que d'autres départements le font)
- Refus du Conseil général d'impulser une action pour limiter la puissance des antennes-relais de téléphonie mobile (comme l'a fait Paris)
- Diminution de 100 000 € des crédits pour l'enfouissement des réseaux sur les voies communes (passage d'un taux de financement de 30% à 15%).
»


La politique de la ville n'est pas une priorité du Conseil général :
« Après une baisse de 17% en 2012, le budget politique de la ville du Conseil général connaît une nouvelle diminution de plus de 5% cette année.
Même si certains transferts techniques expliquent une partie de cette réduction budgétaire, il n'en demeure pas moins que le secteur de la politique de la ville, c'est-à-dire des quartiers les plus touchés par la crise, n'est pas une priorité pour vous... Et cela, nous le contestons !
Par ailleurs, même lorsque vous prévoyez une enveloppe budgétaire, vous faites en sorte d'empêcher de les verser de manière effective en refusant sans raison objective des projets pourtant validés par les villes et l'Etat... Ainsi, les centres sociaux asniérois ont vu leurs financements du Conseil général sérieusement amputés pour d'obscures raisons ces dernières années !
»


Le Conseil général préfère la culture élitiste destinée à quelques privilégiés à la culture pour tous :
« Je tiens à pointer 2 subventions qui me paraissent discutables : 1,2M€ pour la maîtrise des Hauts-de-Seine et 855 K€ pour Erda Accentus. Il s'agit en effet d'associations élitistes qui ne touchent en réalité qu'un nombre limité de privilégiés.
Et dans le même temps, le Conseil général baisse les subventions des conservatoires, notamment à Asnières, alors que les conservatoires sont eux plus ouverts à l'ensemble des Alto-séquanais.
La majorité UMP démontre ainsi sa volonté d'une culture visant quelques privilégiés, bien loin de la culture pour tous !
»


Le Conseil général oublie les collégiens asniérois :
« J'attire une nouvelle fois votre attention sur l'absence de financement par le Conseil général des transports des élèves du collège Voltaire d'Asnières pour se rendre à la piscine. En effet, le collège remplit tous les critères pour obtenir ce financement et je ne comprends pas votre refus de financer ce transport.
Par ailleurs, j'insiste encore sur la nécessité de prévoir un 5e collège à Asnières. En effet, les collèges Voltaire et Truffaut sont complètement saturés, une forte augmentation du nombre de collégiens est attendue pour les prochaines années et il n'existe aucun collège de proximité pour les Asniérois des quartiers Grésillons et Bords de Seine. Un terrain est désormais proposé par la ville d'Asnières et le nouveau collège pourrait accueillir également des Gennevillois... Il est donc temps de lancer les études pour ce futur collège !
»


Le Conseil général coupe les effectifs dans le secteur de la solidarité :
« Au-delà du manque de personnel concernant la solidarité, que ce soit dans les CVS ou les PMI - ce qui est regrettable -, le nombre de médiateurs éducatifs effectivement sur le terrain est en diminution constante depuis plusieurs années.
Il semble également que des contrats de médiateurs éducatifs du Conseil général ne soient pas renouvelés et qu'aucun recrutement n'ait lieu en remplacement.
Nous contestons ces choix qui vont à l'encontre de secteurs qui constituent pourtant le cœur de la compétence du Conseil général, l'éducation et l'action sociale.
»