Voir la lettre de Juillet 2013

Bernard LUCAS demande au Président DEVEDJIAN de s'expliquer sur ses choix budgétaires
Article du 22/7/2013

Monsieur le Président,

 

« Dans un contexte de crise et de contraintes budgétaires, auquel s’ajoute notamment l’effort de participation à la péréquation de notre collectivité, le Département se voit dans l’obligation de recentrer son action sur ses compétences obligatoires. ». Je viens de citer votre argumentation pour justifier votre désengagement de nombre d’actions et dispositifs et la diminution, voire la suppression, de subventions à divers associations et organismes sociaux, de jeunesse, culturelles et sportives…Nous vous avons interpellé à de nombreuses reprises sur tous ces sujets qui relèvent du cœur de compétences du Département.

 

 Dans le même temps, vous multipliez des dépenses que l’on pourrait qualifier d’élitistes, en particulier dans le domaine culturel :

 

-          826 000 € pour la seule exposition du Saint-Sépulcre,

-          15 936 € pour deux séminaires des « Entretiens d’Albert Kahn »,

-          21,4 M€ par an de loyer pour future la cité musicale et ce, durant 30 ans,

-          ou encore « Les Petites nuits de Sceaux » qui n’ont accueilli que 1 000 spectateurs en neuf représentations l’an dernier,

-          et que dire des concerts Landowski, qui, eux, n’ont attiré que 800 Alto-séquanais lors de trois soirées !

 

Un rapide calcul donne un coût moyen par spectateur de plus de 50 € pour ces concerts qui restent, vous en conviendrez, confidentiels !

 

A contrario ces quelques exemples de dépenses, quant à eux, relèvent, me semble t-il, des dépenses facultatives.

Je vous l’accorde, notre budget des actions culturelles est dans la moyenne de celles des autres départements, il ne représente qu’un peu plus de 1% de nos dépenses de fonctionnement. Néanmoins il pourrait être augmenté, et réorienté vers des actions culturelles de proximité, plus accessibles, et en direction d’un public alto-séquanais plus large et divers.

 

Aussi, je souhaiterais que vous nous définissiez ce que sont stricto sensu, selon vous, les dépenses obligatoires du Conseil général des Hauts-de-Seine.