Voir la lettre de Juillet 2013

Vente du Domaine de Bussières : les élus socialistes du Conseil général des Hauts-de-Seine inquiets pour l’avenir de l’offre de soins psychiatriques publique dans le département.
Article du 23/7/2013

A la suite de la décision, le 8 juillet 2013, de la majorité de droite du Conseil général d’approuver la vente du Domaine de Bussières au prix de 12 millions d’euros, à la société Steva, pour réaliser une résidence "haut de gamme" pour personnes âgées, les élus socialistes s’inquiètent pour l’avenir de l’offre de soins psychiatriques publique dans le département.

En effet, le projet initial qui consistait, avec l’acquisition du Domaine de Bussières par le Groupe hospitalier Paul Guiraud, à réaliser un nouveau pôle architectural et médical en construisant un bâtiment d’une capacité de 90 lits d’hospitalisation, ne pourra plus se faire. Cette opération correspondait à une stratégie de relocalisation de l’offre de soins, fruit des orientations prises par l’ARS IDF, avec un ensemble d’élus, d’acteurs et de professionnels, réunis dans la Conférence de territoire de santé. Elle devait permettre aux malades et à leur famille, implantés sur les communes de Saint-Cloud, Vaucresson, Marnes la Coquette, Ville d’Avray, Boulogne et Sèvres, correspondant aux 3 secteurs (92G13, 92G14, 92G15) du centre des Hauts-de-Seine, d’accéder à des soins de psychiatrie de qualité et de proximité.

Cette décision met ainsi brutalement fin aux 4 années de travail intense de l’équipe de direction du Groupe Hospitalier Paul Guiraud durant lesquelles celle-ci, confortée par les promesses faites et les engagements pris, a mené de façon constante des négociations transparentes avec les élus des collectivités territoriales concernées et des concertations attentives aux souhaits des associations représentant les usagers. L’abandon de ce projet, malgré l’énergie considérable déjà investie tant sur le plan humain que financier, va générer un retard considérable dans l’amélioration de l’offre de soins psychiatriques, au détriment des patients et de leur famille.

Les élus socialistes du département des Hauts-de-Seine souhaitent vivement que les principes émis par la Conférence nationale de santé, dans son avis du 18 juin dernier « Pour une évolution solidaire du système de santé », soulignant les responsabilités de chacun publiques et privées, collectives et individuelles, soient aussi appliqués dans le département.

Ils demandent enfin qu’une solution adaptée puisse être trouvée dans les plus brefs délais. Forte de l’expertise et de la compétence du Groupe hospitalier Paul Guiraud, ce fleuron de la psychiatrie française, elle devra garantir une offre de soins psychiatriques publique de qualité et de proximité aux patients des Hauts-de-Seine.