Voir la lettre de novembre 2013

Pascal BUCHET formule le voeu que le président DEVEDJIAN retrouve la mémoire !

Monsieur le Président, Cher-e-s Collègues,

Je lis toujours avec beaucoup d'attention les déclarations de Monsieur Patrick Devedjian reprenant souvent mais pas toujours celles de plusieurs élus régionaux de l'UMP.

Je dois vous dire ma stupéfaction de vous entendre avec des hauts responsable de l'UMP dénoncer les objectifs de construction de logement de la Région et de l'Etat qui sont exactement ceux annoncés avant mai 2012 lorsque vous étiez au pouvoir et Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République. Faut-il rappeler que l'objectif de 70.000 logements par an dans la région a été défini par la droite alors qu'à l'époque le Président Huchon n'en prévoyait que 60.000 !

De la même façon, faut-il rappeler que les concours de l'Etat aux collectivités locales devaient baisser encore plus selon les projections validées par Nicolas Sarkozy et son gouvernement que ce qui est prévu aujourd'hui ?

Faut-il aussi rappeler que le redressement du pays conduit par François Hollande et son gouvernement est rendu indispensable au regard des 600 MM€ de dette supplémentaire que ces hauts responsables de l'UMP ont légué à la France en quittant démocratiquement le pouvoir ?

Nous savons que la politique est pour certains un jeu, dire le contraire de ce qu'on disait avant des élections. Cela contribue à creuser le fossé entre les élus et les citoyens. Tous ces sujets sont complexes et méritent d'être discutés et débattus. Chacun peut y prendre sa place. Parfois même, les clivages traversent les formations politiques républicaines sans les opposer bloc à bloc.

Aussi, je veux ici former le vœu que Monsieur Patrick Devedjian et d'autres hauts responsables de l'UMP retrouvent enfin la mémoire afin de ne plus dire l'inverse de ce qu'ils soutenaient il y a quelques mois.

La préparation des élections à venir ne doit pas autoriser les responsables des formations politiques républicaines de jouer un tel jeu dangereux pour la démocratie basé sur le populisme et favorisant la montée de l'extrême droite. La politique est un art trop sérieux pour se permettre autant de désinvolture à des fins politiciennes.